-10%

Arts Magazine International N°03

Novembre/Décembre 2016

9,50 8,55

Arts Magazines International N°3

Version numérique

100 pages

Catégorie : Étiquettes : ,

Description

«L’art est ce qui aide à tirer de l’inertie»

En choisissant de reproduire les mots d’Henri Michaux sur la chaussée de l’avenue Winston Churchill, réservée aux piétons pendant toute la durée de la FIAC, le plasticien Jacques Villeglé nous rappelle, mais en était-il besoin, que l’art est un mouvement continuel. Et que son rôle n’est pas, ne doit pas être de définir des citadelles imprenables, fermées à toutes les initiatives et à tous ceux qui ne font pas partie d’une élite auto-proclamée. L’élitisme et l’esprit de chapelle sont probablement les plus grands ennemis de l’art en s’en voulant les défenseurs.

Quel meilleur exemple d’ouverture que la FIAC ? Cet événement d’une renommée internationale est une place de marché où se vendent des oeuvres pour plusieurs millions. Mais c’est aussi l’occasion, comme le rappelle sa directrice artistique, Jennifer Flay, de découvrir toutes les tendances contemporaines et d’apprendre à «vivre entouré d’art», même si l’on n’a pas les moyens des collectionneurs richissimes qui «font le marché». Félicitons-nous que, pendant une semaine, Paris ait retrouvé tout son lustre de capitale de l’art contemporain. Y compris dans les nombreuses manifestations qui ont profité de l’occasion pour ouvrir des portes sur d’autres univers créatifs.

Art et commerce ont toujours entretenu des relations complexes. Pour vivre, les artistes doivent vendre leurs oeuvres… mais pas leur âme. Dès qu’ils connaissent un certain succès, ils sont, comme les icônes du Pop Art, soupçonnés de mercantilisme. Même si ces reproches ne sont pas toujours infondés, cela n’a finalement que peu d’importance. Andy Wharol n’est peut-être pas un grand artiste, comme l’affirmait le critique d’art Hector Olbak dans un livre qui a suscité de nombreuses polémiques, mais il a permis à un large public de découvrir des créations accessibles et à de nombreux artistes de se lancer dans de nouvelles approches, qui ont donné naissance au foisonnement du street art.

En matière d’art, la célèbre affirmation de Bergson, «choisir, donc exclure», n’a pas grand sens. On peut apprécier le classicisme d’un Rodin comme la créativité foisonnante d’un Yann Houri, visiter les grands musées ou les galeries plus confidentielles, investir dans des valeurs sûres ou jouer les défricheurs… tout est permis. À condition de se laisser guider par le plaisir et la passion.

Informations complémentaires

DURÉE

1 an, 2 ans