-10%

Arts Magazine International N°02

Septembre/Octobre 2016

9,50 8,55

Arts Magazines International N°2

Version numérique

100 pages

Catégorie : Étiquettes : ,

Description

«L’art est le plus court chemin de l’homme à l’homme»

André Malraux aurait pu se réjouir. En octobre, Paris va vivre une nouvelle fois une semaine sous le signe de l’art. La FIAC, qui accueille 185 galeries pour sa 43ème édition, devrait recevoir plus de 70.000 visiteurs, qui pourront également visiter de nombreuses autres manifestations et accéder à toute la diversité de la création contemporaine. Certes, comme chaque année, nous allons probablement assister aux habituels commentaires sur une manifestation jugée tour à tour trop élitiste, trop grand public, trop ambitieuse, trop sage, trop mercantile, trop cosanguine, trop… Et avec un peu de chance, à une polémique comme celle de l’Arbre de Paul Mc Carthy en 2014, qui a tant fait parler.

Mais l’essentiel n’est – évidemment – pas là. L’important, c’est que de plus en plus de monde puisse accéder à l’art, sous toutes ses formes. Et en cette rentrée, les occasions se multiplient. La Fondation Maeght a prêté des oeuvres de son exceptionnelle collection pour une exposition consacrée à 27 «messagers», des artistes comme Braque, Calder ou Miró, qui ont révolutionné la création au siècle dernier. Le musée Chagall à Nice présente «Les couleurs de la vie», tout un symbole ! Pour sa réouverture, le musée Maillol accueille Ben qui pose une question plus profonde qu’elle n’en a l’air, «Tout est art ?». Et dans toute la France, les expositions, de la plus modeste à la plus ambitieuse, se multiplient. On ne peut que s’en féliciter.

Ces manifestations ont toujours été le lieu des révolutions artistiques, rarement bien vécues d’ailleurs. Avant l’explosion du cubisme, se souvient-on que, en 1908, le jury du prestigieux Salon d’Automne avait refusé cinq toiles de Georges Braque sur sept. Le peintre se retirera du Salon à la veille de l’ouverture de l’exposition, où il n’exposera plus jusqu’en 1920. Ce qui n’a pas empêché Petits cubes de connaître le succès, d’inspirer toute une génération et de donner naissance à l’un des mouvements artistiques les plus novateurs du siècle dernier.

Finalement, peu importe. L’important, c’est de découvrir, de regarder avec l’esprit ouvert et de se forger sa propre opinion. Ce que le sculpteur roumain Constantin Brâncusi a brillamment résumé ainsi : «Ce qui a vraiment un sens dans l’art, c’est la joie. Vous n’avez pas besoin de comprendre. Ce que vous voyez vous rend heureux ? Tout est là». N’en demandons pas plus !

Informations complémentaires

DURÉE

1 an, 2 ans