-10%

Arts Magazine International N°19

Août Septembre. Version numérique

9,50 8,55

Arts Magazine International N°19

Version numérique

100 pages

Catégorie : Étiquettes : ,

Description

«Le beau est toujours bizarre»

Cette affirmation de Charles Baudelaire ne peut que faire réfléchir les amateurs d’art. Surtout, l’explication qu’il donne à cette prise de position est aussi péremptoire qu’étonnante : «Je dis qu’il contient toujours un peu de bizarrerie, de bizarrerie naïve, non voulue, inconsciente, et que c’est cette bizarrerie qui le fait être particulièrement beau». Et c’est vrai que les oeuvres qui nous touchent
ne sont que rarement «simplement» belles. Pour provoquer l’émotion, il faut que l’artiste s’éloigne de l’esthétisme formel. On pense évidemment
aux Impressionnistes ou à Picasso, qui ont d’abord surpris par l’originalité, pour ne pas dire l’étrangeté, de leur démarche créative. Et même lorsque les artistes s’attaquent à un sujet où la représentation de la beauté semble la plus naturelle, comme le nu, c’est souvent cette bizarrerie évoquée par le poète qui donne la profondeur à l’oeuvre, même si elle n’est pas toujours naïve, à l’image d’un Michel-Ange qui n’a pas craint de représenter Ève dans une position compromettante, à genoux devant Adam.

Car c’est une autre dimension à ne pas oublier. Au-delà de la beauté, une oeuvre doit provoquer le plaisir, comme en était convaincu le peintre,
sculpteur et graveur François Morellet : «Si je crois à quelque chose et très gravement, c’est à la frivolité de l’art et aussi, bien sûr, au plaisir qu’il
donne». Cela signifie-t-il que l’art ne doit pas être pris au sérieux ? Certainement pas ! Mais peut-être ne doit-il pas être pris «trop» au sérieux. Il suffit de lire certains catalogues d’exposition et même certains articles pour s’en convaincre. L’avalanche de métaphores abstraites, de vocables inconnus et de références ésotériques confine parfois à la pédanterie, voire à la cuistrerie.

Loin de rassembler, certains cherchent à exclure. Vous n’aimez pas ? C’est parce que vous n’y comprenez-rien ! Vous aimez ? C’est parce que c’est
primaire ! L’histoire de l’art devrait pourtant inciter les «sachants» à plus de modestie tant ils se sont trompés souvent.

Pour se forger sa propre opinion, et sa propre culture artistique, il n’y a qu’un seul moyen. Voir. Regarder. Observer. Analyser. Découvrir un maximum d’œuvres et d’artistes en se gardant des a priori. Fréquenter les expositions, nombreuses durant tout l’été. Courir les galeries, qui présentent des artistes reconnus mais aussi émergents. Et, bien sûr, lire les – bons – magazines, fait par ceux qui, comme vous, se revendiquent avant tout amateurs.

Gabrielle Gauthier
Rédactrice en chef