-10%

Arts Magazine International N°12

Novembre 2017. Version numérique

7,50 6,75

Arts Magazines International N°12

Version numérique

100 pages

Catégorie : Étiquettes : ,

Description

«Laver la poussière du quotidien»

Une belle définition de l’art par Pablo Picasso, mis à l’honneur par le musée parisien qui consacre au maître une exposition liée à un aspect original de sa prolifique créativité. À l’occasion de sa première rétrospective en 1932, le génial peintre espagnol s’est lancé dans une production massive en s’offrant une récréation érotique. Les toiles d’une grande sensualité invitent en effet à sortir de la grisaille du quotidien.
Après un mois d’octobre placé sous le signe du marché de l’art contemporain, FIAC oblige, c’est au tour de la photographie d’être à l’honneur. Depuis plusieurs années, ce secteur explose littéralement. Pourtant, écrivains, artistes et intellectuels ont longtemps eu du mal à considérer la
photographie comme un art, à l’image de Baudelaire, qui, bien qu’ami de Nadar affirmait : «l’industrie, faisant irruption dans l’art, en devient la plus mortelle ennemie, et la confusion des fonctions empêche qu’aucune soit bien remplie». Mais cette crainte n’a plus de raison d’être. En s’éloignant de la représentation fidèle du réel, la photographie a ouvert le champ des possibles.
Comme l’explique l’ancien directeur de l’école nationale supérieure de photographie d’Arles, Patrick Talbot, «Au cours de la première moitié du
XXème siècle, en partie grâce au surréalisme, la photographie est entrée progressivement dans le champ de l’art avant un emballement au cours des années 1970, autorisant de légitimes rétrospectives rehaussées de justifications théoriques et esthétiques». Et les galeristes de plus en plus nombreux à présenter les œuvres photographiques d’artistes illustrent l’exceptionnelle diversité de ce champ créatif.
La photographie offre un autre atout, elle permet de démarrer une collection sans moyens financiers exceptionnels. Car, comme le rappelle
Cécile Schall, directrice et fondatrice de fotofever, sans acheteurs, les artistes ne peuvent pas vivre ! C’est aussi le rôle vertueux des mécènes, qu’il
s’agisse de particuliers ou, de plus en plus souvent, de grandes entreprises, sous l’impulsion d’un dirigeant impliqué, à l’image d’un Marc Ladreit de
Lacharrière, d’un Bernard Arnaud ou d’un François Pinault. Des amateurs au sens noble du terme – «celui qui aime» – aussi éclairés que fortunés.
Une définition qui nous rassemble tous.
Gabrielle Gauthier
Editor in chief

Informations complémentaires

DURÉE

1 an, 2 ans