-10%

Arts Magazine International N°09

Juillet/Août 2017. Version numérique

7,50 6,75

Arts Magazines International N°9

Version numérique

100 pages

Catégorie : Étiquettes : ,

Description

«L’art est une issue de secours dans une société close»

C’est l’auteur, metteur en scène et directeur du Théâtre du Rond-Point, Jean Michel Ribes, qui l’affirme, précisant même : «Il permet de respirer et de nous régénérer». Alors que nous sortons d’une période d’intense activité politique, nous en avons en effet bien besoin. Et, comme le disait Frédéric Taddeï dans sa chronique du précédent numéro, la ministre de la Culture aura besoin de beaucoup d’imagination et de courage !

Ce mois-ci, Frédéric nous donne 17 raisons d’aimer l’art en 2017… et au-delà. Parmi toutes celles-ci, il y en a une particulièrement pertinente : «C’est toujours un bonheur d’être étonné». Tous les grands artistes ont provoqué la surprise. Comme Joan Miró, le génial catalan qui  l’ambitionnait rien moins que «d’assassiner la peinture» ! Mais surtout de la rendre à la fois plus populaire et plus spirituelle. S’il n’a – heureusement – pas atteint son premier but, du moins littéralement, il a magnifiquement réussi le second.

Et l’on pourrait dire la même chose de David Hockney, ce peintre génial et «haut en couleur», dans les deux sens du terme. La rétrospective que lui consacre le Centre Pompidou pour ses 80 ans est l’occasion d’en prendre plein les yeux. L’étonnement, c’est aussi la première réaction des puristes aux débuts du street art. En s’emparant de la rue comme d’un immense musée à ciel ouvert, accessible à tous, ces artistes ont
ouvert de nouvelles portes. Et s’ils ont acquis aujourd’hui une respectabilité, séduisant tant les musées que les spéculateurs, ce n’est pas très important.

Car, comme les vagues, de nouvelles générations d’artistes apparaissent, construisant un pont entre le passé et l’avenir. Et, au-delà du petit jeu qui consiste à retrouver leurs sources d’inspiration, c’est l’originalité et la personnalité des créations qui nous touchent, qu’il s’agisse des portraits de femmes de France Bizot ou Émilie Ménard, des paysages apaisants de Pierre Montillo ou des sculptures «naturelles» de Robert Arnoux. Alors, cet été, dans les galeries, les musées, les expositions, les ateliers, les festivals, partons à la rencontre des artistes et des créateurs. Pour – enfin – respirer, nous régénérer et prendre un peu de distance avec un quotidien qui va si vite mais n’accorde pas toujours assez de temps et d’importance à ce qui compte vraiment.

Isabelle Goubier
Editor in chief